héraldique

Bibiographie :
 

 BEAUREGARD, chevalier de, Nobiliaire de Bretagne ; tiré littéralement des registres manuscrits originaux authentiques, tant de la réformation générale de 1668 à 1671, que de la grande réformation de 1400 et des réformations particulières qui eurent lieu dans l’intervalle, contenant toutes les familles qui ont été maintenues, leur ancienneté, leur titre et le nombre de réformations auxquelles chacune a passé depuis 1400, avec une notice historique sur l’origine de la noblesse, des titres et des armoiries, la commission du roi pour la réformation de 1668 et les maximes sur lesquelles la Chambre a rendu ses arrêts, Paris, 1840.

BOZEC, A., Etude d'un groupe héraldique de Cornouaille occidentale. 1450-1536, mémoire de maîtrise, dactyl., Brest, 1991.

BREIL DE PONTBRIAND, Paul du, Encore un ancien Armorial Breton, 1894-1895. Sur le site Tudchentil.net. sous le nom d’Armorial du Vaumeloysel.

BREIL DE PONTBRIAND, Paul du, Un armorial breton du XVIIe siècle, 1885-1889,  rééd., Versailles, 2004.

BRIANT DE LAUBRIERE, Louis-Marie-Désiré, Armorial général de Bretagne relevé des diverses réformations de la noblesse de cette province depuis 1400 jusqu’à 1668, contenant les noms et les armes des maisons qui ont obtenu depuis cette époque des arrêts de maintenue ou des lettres d’anoblissement, les familles nobles d’origine étrangère actuellement établies dans ce pays, l’indication de celles qui ont fait des preuves de cour, et une liste exacte des chevaliers bretons inscrits dans les galeries des croisades au musée historique de Versailles, Paris, 1844, rééd., Rennes, 2005.

CHEVILLARD Jacques, Nobiliaire de Bretagne ou Catalogue des Nobles de la province de Bretagne, suivant la dernière réformation des années 1608, 1669, 1670 finie le 21 Mars 1671 [...] Dans lequel Catalogue sont compris ceux qui ont été dans la suite maintenus par les intendants et ceux qui ont obtenu des Arrests du Conseil où ils s’étoient pourvus sur des contestations qui leur en avoyent été faites, 1720, Paris.

Dictionnaire héraldique de Bretagne, Mémoire de la Société Archéologique et Historique des Côtes-du-Nord, t. II, 1855.

ESQUIEU, Louis, Devisaire breton, Brest, 1911-1914.

ESTOURBEILLON, Régis-Marie-Joseph de, La noblesse de Bretagne ; notices historiques et généalogiques, Vannes, 1892-1895,

FABRE, Martine, Edition de la partie bretonne et mancelle de l'Armorial du Héraut de Navarre, mémoire de maîtrise, dactyl., Brest, 1977.

FABRE, Martine, Sources sigillaires et armoriales de la Bretagne médiévale, Base de données et Corpus photographique de sceaux, 1988.

 

FABRE, Martine, « Sceaux de ville bretons », dans Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire Atlantique, t. 135, 2000, p. 113-162.

FABRE, Martine, Images personnelles (vers 1350 - vers 1500). Héraldique médiévale bretonne. Armoriaux, sceaux, tombeaux, Villeneuve-d'Ascq, 1998, 2 vol., CLXXXVI-1115 p.

FABRE, Martine, Sceau médiéval. Analyse d'une pratique culturelle, Paris, 2001, 336 p.

FLOURY, Jérôme et LORANT, Éric, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d’après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l’Intendance du Conseil et du Parlement, Rennes, 2000.

GOETHALS, Sébastien, « Les chevaliers français au tournoi de Compiègne », dans Revue Nobiliaire, Héraldique et Biographique, 1867, t III, p. 408-414, t. IV, p. 73-81 et p. 361-365. Voir le site GOETHALS - Héraldique 400000 bl. + 125807 dess., Rietstap, d ...

GUERIN DE La GRASSERIE, Alexandre-Prosper, Armorial de Bretagne ; contenant les noms et prénoms des familles bretonnes qui ont obtenu des arrêts de la Chambre de réformation établie à Rennes de 1668 à 1671, la date des anciennes réformations et l’origine connue de ces familles ou le nombre de leurs générations jusqu’en 1668 ; des familles maintenues ou anoblies depuis cette époque jusqu’en 1789 ; des familles anoblies sous l’Empire et la Restauration jusqu’en 1830 ; des familles nobles qui, quoique d’une autre province, sont venues habiter la Bretagne, et y ont contracté des alliances ;les noms des terres érigées en dignité ; les devises de quelques familles avec les écussons lithographiés en couleur, Rennes, 1845-1848.

GUERNY, René Chassin du, Blasons bretons inscrits à l’armorial général de Paris et de Versailles en 1696, Rennes, 1931.

HOZIER, Pierre d’, Armorial général de France. Bretagne, Rennes, 1930.

HOZIER, Pierre d’, Recueil armorial de Bretagne contenant par Ordre alphabetique les Armes & Blazons de plusieurs anciennes Maisons de cette Province, Paris, 1638.

http://books.google.fr/books?id=orJBAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_

http://books.google.fr/books?id=zFEBAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_

 

JEQUIER, Léon, L'armorial Bellenville, Paris, 1983.

JONES, Michael, « Les signes du pouvoir : l'ordre de l'hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne au XVe siècle », dans Mémoires de la Société d’Archéologie de Bretagne, t. LXVIII, 1991, p. 141-173.

KERLINOU, Eugène Le Gall, Blasons bretons ou Recueil d’armoiries de familles originaires du duché et pays de Bretagne, l’ayant habité ou y ayant pris alliance, Vannes, 1907.

La NICOLLIERE, Stéphane de, Armorial des évêques de Nantes, Nantes, 1868.

LANGLE, Hubert de, État des déboutés lors des réformations de la noblesse de Bretagne (1668-1671), Versailles, 2002.

LARTIGUE, Jean-Jacques, Répertoire héraldique de Bretagne,  Le Havre, 1987

LE BORGNE, Guy, Recueil armorial de Bretagne contenant par Ordre alphabetique les Armes & Blazons de plusieurs anciennes Maisons de cette Province, Paris, 1638, rééd., 2001.

LORANT, Éric, et FLOURY, Jérôme, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d’après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l’Intendance du Conseil et du Parlement, Rennes, 2000.

LORANT, Éric, La noblesse Bretonne d’Ancien Régime, Rennes, 2006.

PASTOUREAU, Michel, « La partie bretonne de l'Armorial de Gelre », dans Cahiers d'héraldique, t. II, 1975, p. 74-91.

PASTOUREAU, Michel, « Le rôle d'armes du second traité de Guérande (1381).
Une photographie de l'héraldique bretonne à la fin du XIVe
siècle », dans Bulletin de la Société d’Archéologie du Finistère, 1976, p. 103-152.

PASTOUREAU, Michel, « L'héraldique bretonne. Des origines à la guerre de succession de Bretagne», dans Bulletin de la Société d’Archéologie du Finistère, t. CI, 1973, p. 121-147.

PERRE, Père du, Abrégé du nobiliaire de la province de Bretagne, par ordre alphabétique, contenant environ dix-huit cents familles nobles, ave c les ennoblissements connus et le nombre des générations prouvées soit à la réformation, soit au conseil, au parlement, à la cour des aydes ou à l’intendance (1769), Rennes, 1853.

PLESSIS DE GRENEDAN, Hippolyte-Charles du, État de la noblesse bretonne déclarée d’ancienne extraction par la Chambre du Parlement de Bretagne chargée de la Réformation de 1668-71 selon chacun des trois manuscrits in-folio existant à la Bibliothèque publique de Rennes, Rennes, 1844, Rennes, 2005.

POTIER DE COURCY Pol, Nobilaire et armorial de Bretagne, 1ere édition, Paris-Nantes, 1890, dernière rééd., Mayenne, 2000.

summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c, http://fr.wikisource.org/wiki/Livre:Potier_de_Courcy_-_Nobiliaire_et_armorial_de_Bretagne,_1890,_tome_1.djvu, Pour les corrections initiées par Norbert Bernard : http://www.tudchentil.org/IMG/pdf/Errata-Addenda_au_Nobiliaire_et_Armorial_de_Bretagne.pdf

 

PRIOUR DE BOCERET, E, Devisaire de Bretagne, Vannes, 1894.

REFUGE (marquis de, attribué au), Armorial ou Nobiliaire de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon, en Bretagne, sans date (entre 1674 et 1691), sans lieu.

ROSMORDUC, Georges Le Gentil, La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de la Réformation (1668-1671). Arrêts de maintenue de noblesse, Saint-Brieuc, 1896-1905.

SAINT-HOUARDON, Jean, Noblesse de Bretagne, Versailles, 2005

SAINT-LUC Toussaint, Mémoires sur l’estat de la noblesse de Bretagne, contenant un recueil alphabétique des noms et armes de plusieurs gentilshommes, suivant les arrêts tant de la Chambre roïale établie à Rennes l’an 1668 que du Conseil privé et des autres cours souveraines où les instances ont été renvoyées par le même conseil privé, 1680, Paris, rééd, 1858, Rennes.