Lieux d'histoire de la Bretagne

Sommaire




Lorsque Vauban arrive à Brest en 1683 sur ordre du roi, la ville a déjà bien changé. En 1631, le cardinal de Richelieu a retenu le site de Brest pour y crée l'un des ports de guerre de la marine royale. Ce choix s'accompagne dès 1669 de la construction d'un arsenal sous l'impulsion de Colbert.

Pour Vauban, le château est un élément essentiel de la défense du port du Ponant. Il va développer les fortifications face à la ville et face à une menace terrestre après le débarquement de l'ennemi : un large front bastionné protège le rempart du château. Il renforce considérablement les courtine de ce dernier (certaines passent de 4 à 19 mètres d'épaisseur !) et crée la plate-forme du donjon pour l'artillerie, capable de recevoir 20 canons. Il installe également une batterie à l'embouchure de la Penfeld.

Séquence présentée dans le cadre de la mise en ligne de cinq modules 3D
sur l'évolution architecturale du château de Brest

Construit sur un éperon rocheux à l'embouchure de la rivière Penfeld , le château domine la mer. Depuis le site on surveille parfaitement l'embouchure de la rade et le goulet vers la pleine mer et bien sûr la Penfeld. Cette situation géographique particulière confère au site une position stratégique majeure. Au fil des siècles, l'architecture du château sera adaptée pour répondre à l'évolution des techniques de siège et de l'armement, visant à se prémunir de deux types d'attaques : terrestre et maritime. En 17 siècles d'histoire, le château ne sera jamais pris par la force.

Cinq modules en 3D retracent l'évolution architecturale du site aux moments clés de l'histoire de Brest. Ces animations, avec leur part d'interprétation*, permettent d'observer les états successifs du monument.
Chacun peut donc comprendre comment l'antique castellum gallo-romain devint une ville fortifiée avant d'être château ducal ; l'occupation anglaise lors de la guerre de Cent Ans ; la résidence aménagée pour accueillir la duchesse Anne; la physionomie lors des guerres de religion ; les transformations sous Vauban pour s'adapter à l'art de la défense.
Un aperçu captivant avant la présentation du nouveau film du musée national de la Marine de Brest.

*Ces séquences ont été réalisées par Thierry Le Masson de la cellule photographique et audiovisuelle régionale d'après les travaux de Jean-Michel Simon et des historiens Jean-Yves Besselièvre et Alain Boulaire.




Verrière de la maison de Bretagne dans la cathédrale de Chartres. 

Il s'agit de la baie 122. Elle fut offerte par la maison de Dreux Bretagne dont faisait partie Pierre Mauclerc (duc de 1213 à 1220 puis régent ou baillistre de Bretagne de 1220 à 1235) et exécutée entre 1221 et 1230. Pierre de Dreux avait d'importants fiefs dans le Perche, évêché de Chartres. Jean Ier son fils et héritier, duc de Bretagne de 1235 à 1286, disposait des deux tiers du Perche, lui venant de ses achats mais surtout de la dot de son épouse, Jeanne de Champagne-Navarre. 
Cette verrière est composée de cinq lancettes en arc brisé surmontées d'une grande rose. La rose est formée d'un œil à douze lobes, puis de douze quartiers comportant des médaillons, de douze cercles, de douze quadrilobes et enfin de douze demi-cercles comportant des médaillons.

Lancettes

La lancette centrale représente la Vierge tenant l'Enfant Jésus dans ses bras. De part et d'autre deux groupes de quatre personnages montés deux à deux. Les quatre grands prophètes de l'Ancien testament portent sur leurs épaules les quatre évangélistes. Cette représentation traduit la continuité entre les deux testaments. Il y a de gauche vers la droite : Jérémie portant saint Luc, Isaïe portant saint Matthieu, Ézéchiel portant saint Jean, Daniel portant saint Marc. Ces prophètes et les évangélistes ont annoncé le royaume de Dieu qui est représenté dans la rose placée au-dessus. Cette représentation des évangélistes montés sur les épaules des prophètes reprend l'image fameuse du maître et chancelier de l'école de Chartres, Bernard de Chartres, telle qu'elle nous a été transmise par Jean de Salisbury dans son Metalogicon : « Nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de géants… »
Au-dessous de ces personnages sont représentés les membres de la famille des donateurs. Pierre de Dreux ou Pierre Mauclerc, s'était marié en 1213 avec Alix de Thouars, duchesse de Bretagne (fille de Constance de Rennes, duchesse de Bretagne et de son troisième époux Guy de Thouars). Il devient alors duc de Bretagne et fait de cette branche cadette des capétiens une famille puissante. À ce propos, les lancettes contiennent les représentations des donateurs, au-dessous de la Vierge, les armoiries des ducs de Bretagne de la maison de Dreux (damier d'azur et d'or au franc quartier d'hermines, soit les armoiries de Pierre de Dreux), à gauche, au-dessous de Jérémie, Alix de Thouars, duchesse de Bretagne puis à sa gauche, sa fille Yolande de Dreux-Bretagne, dame de Penthièvre  (née en 1224, épouse de Hugues de Lusignan comte d'Angoulême et de La Marche), au-dessous d'Ezéchiel, Pierre de Dreux dit Mauclerc, et enfin, le fils aîné, Jean le Roux (né en 1217 et mort en 1286, ,duc de Bretagne de 1235 à sa mort).

Rose

Cette rose est une illustration de la première vision de l'Apocalypse de Jean.

Comments